L’éthique

ethicAux vues des nombreuses interrogations émanant des patients, quant à la qualité et la pérennité des résultats dans le temps, il est utile, voire indispensable de faire une mise au point, claire, objective et définitive sur la technique de micro transplantation de cheveux, qui intéresse aujourd’hui autant les hommes que les femmes.

Cette mise au point rend témoigne d’une expérience de près de 20 ans dans ce domaine, et tiens autant compte des progrès de la technique, que des erreurs stratégiques qui ont pu être commises par tous, médecins et centres de soins, sous la pression d’une demande toujours plus importante de résultats immédiats.

Si l’on se réfère à ce simple fait que tout doit être fait dans l’intérêt supérieur du patient, alors, certainement, devons nous, plus que nous ne l’avons fait par le passé, expliquer davantage et mieux encore, que le traitement de la calvitie ne peut s’envisager qu’au travers de la mise en place d’une stratégie…. une stratégie qui découlera des conclusions du spécialiste, aux vues de l’examen clinique et de l’interrogatoire sur ses antécédents familiaux.

Oui… la micro transplantation capillaire est une extraordinaire technique de soins…

… sans doute l’une des plus belles qui soit pour ce qui concerne les traitements esthétiques relevant de l’art médical… mais nécessite t-elle à ce point, pour que l’on s’y intéresse, qu’on la sublime au point de faire croire, à ceux qui nous interrogent, au miracle absolu… NON.

Alors s’il faut être honnête, nous devrons rappeler que les résultats obtenus avec la micro greffe capillaire, à moins de pertes de cheveux très localisées et stabilisées, chez un homme ou une femme d’âge mûr, ne s’apparenteront, en aucun cas, à ceux obtenus avec une perruque, et que cette technique, bien que magnifique, ne permettra jamais de recouvrer une densité capillaire comme à l’origine.

S’il faut afficher des résultats post opératoires, alors, nous ne devrons pas craindre de montrer la réalité des choses, c’est à dire, pour de grandes calvities, une densité homogène mais modérée de la région greffée, laissant, suivant les cas, filtrer plus ou moins la lumière au travers de la chevelure.

S’il faut informer, alors nous saurons expliquer que plusieurs séances seront peut-être nécessaires dans une vie.

S’il faut être modeste, alors nous apprendrons à économiser notre zone donneuse… « notre petit trésor de cheveux »… « nos réserves »… et nous ne nous focaliserons plus sur les milliers de cheveux que nous pourrions greffer, mais seulement sur le nombre de cheveux qu’il pourrait être utile de greffer à l’instant « T », en vue d’obtenir le meilleur résultat esthétique en économisant nos cheveux pour l’avenir.

S’il faut être pédagogue, alors nous rappellerons que les prélèvements ne pourront être répétés à l’infini… que la densité au centimètre carré sera variable d’un patient à l’autre, que la texture du cheveu rentrera inévitablement en ligne de compte pour le résultat final.

S’il faut être humaniste, alors nous le serons, et oserons reporter une intervention de plusieurs mois ou plusieurs années, sans le moindre regret, si tel est l’intérêt du patient.

Chaque cas doit rester un cas particulier…. Le traitement de la calvitie ne doit jamais, exclure à priori, les traitements médicaux ou para médicaux alternatifs, qui permettront dans bien des cas de différer la séance de micro transplantation, qui, le jour venu, se déroulera en quelques heures et ne nécessitera ni pansement, ni traitement particulier dans les suites.

Transparence et information objective, telles doivent être les fondements de la bonne pratique médicale.

Osons simplement dire ce que nous pouvons et ce que nous ne pouvons pas faire… et surtout ne gâchons pas 50 ans de recherche qui ont permis tant de progrès.